français | english

 

 

fondations | monuments | vie quotidienne | F.A.Q

Vivre à la lutècienne

Après avoir conquis la Gaule et fondé la ville romaine, les empereurs de Rome vont assurer la protection et le développement de la ville durant la période de calme de la Pax romana. Quelle pouvait être la vie à Lutèce ?

Les maisons

Au centre de la ville les lutéciens se rassemblaient dans des espaces d’habitations, les insula, et vivaient dans des maisons de tailles et de décorations différentes.

Dans les maisons gallo-romaines de familles aisées, la vie se déroulait autour d’un atrium central qui ouvrait sur plusieurs pièces.
La journée dans la maison s’organisait autour de la cuisine pour préparer les repas, une salle principale pour manger sur les banquettes avec les invités, et des chambres aux petites fenêtres pour se protéger du froid de l’hiver.
Souvent, un escalier descendait au sous-sol.
Les dernières campagnes de fouilles menées au collège Sainte Barbe ont permis de retrouver des traces des fondations et de quelques murs. Elles témoignent des méthodes de construction antiques.Les recherches archéologiques ont également mis à jours des fragments de peintures murales. Les gallo-romains ignoraient l’usage du papier peint, pour décorer l’intérieur de leurs maisons ils faisaient peindre leurs murs.


Alimentation

Quelques objets de la vie quotidienne nous sont parvenus. La plupart sous la forme de fragments de poteries ménagères.Dans les sous-sols de l’Institut National de Jeunes Sourds, rue Saint Jaques, on a retrouvé un grand four de potier quasiment intact dont la coupe montre le fonctionnement du foyer.
Les milliers de fragments trouvés dans le sous-sol parisien permettent aujourd’hui de modéliser une large gamme d’objets de la maison où de lieu de restauration public.Plusieurs restes d’animaux et de céréales calcinés ont permis d’avoir un aperçu du régime alimentaire des habitants. A Lutèce on mangeait beaucoup de céréales, de la viande, mais aussi des mets venus de loin comme des huîtres.
Dans les auberges, le vin, local ou apporté par la Seine, coulait à flot. Une gourde en terre cuite porte une inscription à l’attention des aubergistes.

Croire et mourir

L’espace religieux de Lutèce est riche et bénéficie de la relative tolérance de Rome. Traditions gauloises, panthéon romain, influences orientales…
Comment s’exprimaient ces différents cultes et quel était le rapport des lutéciens à la mort ?
Les figures de divinités étaient nombreuses, on les priait pour obtenir une protection, trouver la richesse, maudire un ennemi, ou encore voir l’avenir.En 1710, sous les fondations de Notre Dame, on redécouvre d’étranges blocs sculptés. Baptisé « pilier des nautes », ce « totem de pierre » présentait des dieux celtes et romains dans une mise en scène dédicacée à l’empereur de Rome. Aujourd’hui conservé au musée de Cluny, il nous livre un regard unique sur le visage des divinités gallo-romaines qui jalonnaient les rues et places de Lutèce.

Séquana, aux sources de la Seine

Plus qu’un fleuve, la Seine était élevée au rang de divinité. En remontant à ses sources même, les pèlerins venaient la vénérer dans un sanctuaire.
A quelques kilomètres du site d’Alésia, un parc (acheté par la Ville de PAris au 19e) permet de voir jaillir les premiers filets d’eau du fleuve, d’admirer une statue installée par Napoléon III et… de passer sur le premier « pont de Paris ».
En contre bas, un site archéologique a mis au jour les vestiges d’un vaste sanctuaire dédié à Sequana. Composé de temples, de bassins et de bâtiments pour recevoir les pèlerins, le site a livré un nombre impressionnant d’offrandes.

Auteur : Olivier Lemaître


Manger à Lutèce (extrait vidéo)

 

Repas (animation 3D)

Plat d'huîtres

La déesse Séquana

Illustrations extraites du documentaire "Lutèce, Cité gallo-romaine". Contacter l'auteur pour toute utilisation des fichiers originaux (hautes définitions, 3D,...).

(c) Sequana media | Production documentaires et multimedia - créations 3D - www.sequanamedia.com - CONTACT